30/05/2010

Sainte Aline 10

Mais rapidement le bruit courut dans la région que des guérisons s’accomplissaient en faveur de ceux qui venaient honorer ce tombeau. Un riche seigneur du pays, nommé Osmonde, aveugle et impotent, se fit porter à ladite chapelle où il fut guéri de sa cécité et recouvra le libre usage de ses membres. Se rendant aussitôt chez Levoldus pour lui faire part du miracle, ce dernier se repentit de son crime, fit amende honorable et décida de se convertir. Il se fit baptiser, ainsi que son épouse et prit le nom de baptême de Harold. Dès ce moment, tous deux,  dit-on, menèrent une vie chrétienne exemplaire et on les enterra à Dilbeek dans l'église de Saint-Ambroise qu'ils avaient fait bâtir eux-mêmes.

Sainte Aline

L’histoire

 

Il n’existe aucun élément historique qui confirme la légende elle-même, par contre, les lieux et les personnages cités existaient bel et bien à cette époque et ne sont donc pas mythiques.

On sait que les premières habitations du village de Forest naquirent le long des rives du Geleysbeek, affluent poissonneux de la Senne, vers le VIIe siècle, en période franque donc. Comme son nom l’indique, une vaste forêt s’étendait aux environs du village, lorsque Saint Amand vint y fonder un ermitage dédié à Saint-Denis.[1]                                                           

Dans nos régions, Saint Amand (585-676) fut à l’origine du monastère de Nivelles. C’est Sainte Itta, épouse de Pépin de Landen, qui fonda le monastère en 640 et Saint Amand consacra sa fille Gertrude, qui fut la première Abbesse de Nivelles. Gertrude, rappelons-le, était la marraine de Sainte Gudule, citée plus haut.                                                                                                  Sainte Aline est bien contemporaine de Saint Amand et vécut effectivement à l’époque où celui-ci résida en Brabant, mais il n’est pas démontré que c’est Saint Amand qui instruisit puis baptisa la jeune fille.



[1] Ed. de Moreau, S.J. – Saint Amand, Apôtre de la Belgique et du Nord de la France – Louvain, Museum Lessianum, 1927