30/05/2010

Sainte Aline

A partir de ce moment, elle assiste aux offices religieux célébrés par l’ermite de Forest, et la légende rapporte que ses activités s’accompagnent souvent de prodiges.

Ainsi, un jour qu’elle se rend de nuit à Forest, elle trouve la porte de l’église close. Un valet lui explique le prêtre est souffrant, mais elle lui dit d’aller le chercher et, quand le valet arrive chez le prêtre, celui-ci est instantanément guéri.

Une autre fois, comme elle ne voulait pas rentrer dans l’église avec son bâton de marche, elle l’enfonce dans la terre.           

 

« Après le service divin, lorsqu’elle sortit de l’église et voulut reprendre son bâton, elle trouva qu’il avait poussé des branches et des feuilles. La tradition du pays porte, que c’est le noisetier,  que l’on voit encore  à Forest, près de l’église paroissiale. »

 

Mais son père, furieux de la voir s’intéresser à cette nouvelle religion qu’il considère comme une religion pour les faibles, le lui interdit. Elle ne tient toutefois pas compte de cet ordre et s’échappe de nuit du château pour assister aux offices. On dit même qu’elle soudoya le gardien chargé par son père de la surveiller en lui donnant ses perles.

Bref, la nuit, à l'insu de ses parents, elle s'échappait du château de Dilbeek et, à travers les champs, halliers et prairies, elle se hâtait pour entendre la première messe célébrée à l’aurore à l’oratoire de Forest.

Levoldus, informé des mystérieuses sorties nocturnes de sa fille, donna à un de ses gardes  l'ordre de la suivre. Or donc, la nuit suivante, comme d'habitude, Aline quitta la demeure paternelle. Le garde qui veillait, se mit à la suivre, sans qu'elle s'en doutât. Et voici qu'arrivée au bord de la Senne, la jeune fille traversa la rivière en marchant miraculeusement sur l'eau.

Le garde ne put la suivre, car il n’y avait à cet endroit ni bateau, ni pont.

Le garde s'empressa d'aller conter le prodige à son maître.

 

Les commentaires sont fermés.