30/05/2010

Sainte Aline

Celui-ci, furieux, envoya ses hommes d’armes pour la ramener de force.

 

“C'est de la sorcellerie, fulmina Levoldus, prenez vos armes, emparez-vous d'elle et amenez-là moi !”.

 

Les hommes d'armes guettèrent donc le retour de la jeune fille. Surgissant des roseaux de la rive ils sautèrent sur elle. Elle tenta d’abord sans succès de se libérer de leurs mains. Aline supplia ensuite les soldats de son père de la laisser aller mais, devant leur refus, elle parvint à s'accrocher de toutes ses forces au tronc d'un peuplier.

 

« Dans la rage qui les animait, ils se jetèrent sur elle, et les efforts qu’ils firent furent si grand, que le bras par lequel ils la tiraient se rompit et leur resta même dans les mains, séparé du reste du corps. Son corps demeura noyé dans son sang, et son âme innocente et déjà pleine de mérites, alla recevoir de son divin époux la double couronne de Vierge et de Martyre.»

 

Les commentaires sont fermés.